Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 20:20

questionuage.jpgLors du dernier ASPT, un point de règlement a été soulevé.

Le point étant particulièrement complexe, ou pouvant vite le devenir je vais tenter d'y aller creschendo.

La question : une mise all-in qui est ingérieure à la relance minimale bloque t-elle la capacité à relancer des joueurs qui suivent?

La ou ça se corse c'est que la réponse qui même si elle tient en une phrase, son application peut vite devenir un vrai casse-tête.

"Un joueur ayant déjà parlé dans le tour de mise qui n'a pas été valablement relancé ne peut relancer à nouveau".

Pour éviter de faire de longue phrase incompréensibles je vous propose de fonctionner par exemples en montant dans la complexité. dans tous les exemples qui vont suivre la SB est à 50 et la BB est à 100

Exemple 1 :

Stacks :

D : 2000

SB : 2500

BB : 3000

UTG : 3000

UTG + 1 : 150

Déroulement :

UTG call 100, UTG+1 fait tapis pour 150.

Plusieurs choses à dire à ce moment là ; si on applique la règle, tous les joueurs à l'exception du joueur UTG peuvent relancer car il ne se sont pas encore exprimés dans ce tour de mise, y compris les joueurs en SB et BB (la relance mini est alors à 300). Si D, SB et BB passent ou call, alors le joueur UTG ne peut pas relancer, il ne peut que caller (+50) ou folder.

 

Exemple 2 :

D : 2000

SB : 2500

BB : 3000

UTG : 3000

UTG + 1 : 150

Déroulement :

UTG call 100, UTG+1 fait tapis pour 150, D folde, SB relance à 400, BB passe.

UTG peut maintenant tout à fait relancer (800 mini) car la relance de SB est elle valide au regard de la mise de 100 qu'avait fait UTG dans un premier temps. Cette relance à 400 redonne à UTG son droit à la relance.

 

Exemple 3 :

D : 2500

SB : 250

BB : 3000

UTG : 3000

UTG + 1 : 150

Déroulement :

UTG call 100, UTG+1 fait tapis pour 150, D call 150, SB relance à 250 all-in, BB passe.

UTG qui a été relancé avec une relance qui est valide (250 par SB) au regard de sa mise de 100 initiale peut sur-relancer.

Si UTG relance (500 mini) alors D pourra aussi relancer à son tour.

Si UTG call 250, D ne pourra alors que caller ou folder car la relance avant lui sera considérée comme une relance "invalide".

 

Au tour de mise suivant (sur le flop dans notre exemple), les compteurs sont remis à zéro (pas le pot ;O))

 

Maintenant, vous pouvez aller prendre une aspirine... ;O)

 

Repost 0
Published by Serial Dealer - dans Technique
commenter cet article
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 18:48

books3

Suite à pas mal de commentaires reçus sur mes posts contenant des termes et expressions obscures et mystérieuses, je me suis dis qu’un article de traduction pourrait permettre à tous mes lecteurs :

1 – de comprendre les commentaires en question

2 – d’accroitre leur savoir pokeristiques

3 – de passer pour de vrais pros et impressionner leur auditoire grâce à l’emploi de ces termes abscons.

Voici donc une liste qui loin d’être exhaustive, n’en est pas moins longue.

Toute correction ou complément sera bien entendu le bienvenu (surtout là ou j’ai mis des ?? ; Eiffel sera certainement celui qui sait ;O).


3Bet : Relancer au triple de la valeur de la mise ou relance qui a précédée.

4Bet : Relancer au quadruple de la valeur de la mise ou relance qui a précédée.

Add-On : En Tournoi, possibilité après la période de ReBuy et avant la reprise du tournoi, de prendre des jetons complémentaires selon certaines conditions.

Agressif : Se dit d’un joueur qui entre dans les coups en relançant fortement.

Ante : mise forcée avant la distribution des deux cartes privatives payée par tous les joueurs y compris les joueurs en position de SB et de BB. L’Ante est souvent égale à 20 ou 25% de small blind.

Bad Beat (mauvais coup) : Prendre un Bad Beat : perdre un coup alors que vous étiez à + de 70% de chance de l’emporter.

Bank Roll (BR) : Montant d’argent que vous destinez à joueur au poker.

Bank Roll Management (BRM) : gestion de l’argent que vous destinez à jouer au poker.

Barrel : mise en ouverture de tour de mise.

Bet Pattern : schéma de mise et de relance  d’un joueur.

Big Blind, BB, Grosse blind : mise forcée avant la distribution des deux cartes privatives payée par le joueur situé deux sièges après le donneur. La BB est souvent égale à deux fois la small blind.

Blocking Bet : Petite mise en ouverture de tour de mise pour contrôler la taille du pot et éviter de subir une mise trop forte d’un adversaire après un check.

Board ou Tableau : Se constitue au fil du coup des 3 cartes du Flop, du turn et de la river

Boite, All-in, Tapis : annonce qui signifie qu’on met tous ses jetons dans le pot.

Bouton : Position du joueur qui donne le jeu. Cette place est matérialisée par un gros jeton qui tourne de joueur en joueur à chaque donne.

Brique : Carte (souvent petite) qui n’amène aucune amélioration évidente sur le board

Buy-In : Montant à payer pour un tournoi qui sera reverse dans le price pool.

Card holder : objet permettant de protéger les cartes d’un joueur. Tant que les cartes sont sous quelque chose (un jeton, ou tout autre objet), le dealer ne peut pas les prendre.

Cash Game : Autre approche du poker, complémentaire aux tournois. En cash game le but est de gagner un maximum d’argent et pas d’éliminer les autres joueurs. Contrairement à un tournoi, on entre et on sort d’un cash game quand on le souhaite et quand on a plus de jetons, il est toujours possible d‘en racheter.

Chacal (profil selon Phil Hellmut) : Joue beaucoup et mise fort.

Coin Flip (CF) : Traduction : Pile ou Face. Coup qui se joue à 50% ou Presque pour chacun des 2 protagonistes.

Coller, suivre, call, payer : égaler la mise du joueur qui a miser ou relancer avant vous.

Commit ou Committed ou Pot Committed : se dit d’un joueur qui a déjà mis beaucoup dans un pot et pour qui il est difficile d’en sortir et d’abandonner les jetons déjà engagés.

Continuation Bet (CBet) : Mise sur un tour de mise quand vous avez été le premier à ouvrir le tour de mise précédent. Exemple : avant le flop, vous ouvrez le pot à trois fois la Big Blind et êtes au moins payé une fois. Sur le flop, vous êtes le premier à miser sur ce tour de mise, cette dernière action est un CBet

Cote : Pourcentage de chance de toucher des cartes qui vous font améliorer votre pain en comparaison de l’argent à mettre dans le pot pour voir la ou les cartes suivantes.

Cut Card : Carte en plastique opaque qu’on place sous le jeu lors de la donne pour éviter que la carte du dessous soit visible.

Cut-Off : Position du joueur situé juste avant le donneur.

Donneur, dealer : joueur ou personne en charge de la distribution des cartes.

Double Bully Buster : double possibilité de faire une quinte en touchant une carte qui viendra s’insérer DANS votre combinaison (9-10 avec flop 6-8-Q fait quine avec un 7 ou un J).

Drawing dead : se dit d’un joueur qui ne peut gagner le coup même si il améliore son jeu garce aux cartes suivantes du board.

Elephant (profil selon Phil Hellmut) : Joue beaucoup et mise petit.

Etre à la Bulle : En tournoi; situation ou il reste autant de joueurs que de places payées plus un.

EV- : ??

EV+ : ??

Faire la bulle : En tournoi, être le dernier éliminé avant les places payées.

Fee : taxe prise par l’organisation pour rembourser les frais et se payer. Souvent 10% de la valeur du Buy-in en plus ou intégré au montant annoncé (renseignez-vous).

Fish : joueur de niveau faible à qui il est facile de prendre les jetons.

Floating : Jouer sans véritablement montrer de stratégie évidente (caller puis miser petit puis payer la relance...).

Floor ou Floor manager : Personne responsable de l’organisation et de l’arbitrage.

Flop : les trios premières cartes communes

Fold Equity (FE) : probabilité que votre adversaire jette sa main.

Freezout : Tournoi sans Rebuy ni Add-on.

Full Ring : se dit des tournois qui se jouent avec des tables à 10 joueurs.

Heads-Up, tête à tête : phase ultime d’un tournoi quand il ne reste que deux joueurs ou partie se jouant à deux joueurs.

In The Money (ITM) : Etre ITM, c’est avoir atteint une des places de tournoi qui est payée.

Insta push, insta call: action immédiate dès que le joueur a la parole.

Jeter, folder, to fold, to muck : Abandoner sa main. Les jetons que vous avez éventuellement mis en jeu sont perdus.

Kicker : La première carte différente, privative et hors combinaison qui départage les joueurs ayant la même combinaison.

Large : Se dit d’un joueur qui entre dans beaucoup de coup.

Limper : Lors du premier tour d’enchère, se contenter de payer le montant correspondant à la grosse blind.

Lion (profil selon Phil Hellmut) : Joue peu et mise fort.

Main event : Tournoi principal d’une manifestation.

Meta-Game : ??

Milieu de parole : Position des joueurs qui sont à l’opposé du donneur (place 5, 6, 7 et 8 sur une table à 10 joueurs si le dealer est en place N)1)

Misdeal : erreur dans la distribution des cartes.

Mise, bet : première action de pari dans un tour de mise. La valeur minimale de cette action est toujours égale à la valeur du big blind.

Muck : tas des cartes qui ont été jetées ou brulées. Si vos cartes touchent ce tas de cartes elles sont considérées comme mortes.

Nice Hand : expression fameuse qui ne signifie pas « belle main » mais « bien joué ».

Outs : cartes qui peuvent améliorer votre main actuelle.

Ouvrir le pot : être le premier à mettre de l’argent dans un pot (en plus des mises en aveugle)

Overbet : Miser d’un montant bien supérieur à la valeur du pot.

Overpair : pocket paire supérieure au tableau.

Pocket Pair : paire servie (cartes privatives).

Pre-Flop : action avant que le flop ne soit dévoilé (chaque joueur dispose de ses deux cartes privatives)

Price Pool : Montant total d’argent qui sera reversés aux joueurs gagnants du tournoi.

Price Structure : nombre et montant des places payées. En général, 10% des joueurs sont payés et les premiers gains sont environ égaux au double du Buy-in.

Rebuy : En tournoi, possibilité pendant une durée déterminée de rependre des jetons selon certaines conditions.

Relancer : Mettre encore plus d’argent dans un tour de mise que celui qui a agit avant vous. La relance minimale est également au double de la mise ou relance précédente.

River : La carte numéro 5 commune qui suit le tour de mise sur le turn.

Satellite : Tournoi à structure rapide qui donne accès aux joueurs payés à un tournoi d’une valeur supérieur ou à un satellite de plus grande valeur de Buy-in.

Scary Card : carte effrayante qui vient potentiellement compléter une combinaison qui vous bat.

Serrure : Joueur qui joue uniquement les belle mains donc rarement.

Shoot-Out : Format de tournoi ou les vainqueurs de chaque table passent au niveau suivant.

Short Handed : se dit des tournois qui se jouent avec des tables à 5 ou 6 joueurs.

Shove : ??

Side Event : Tournoi en marge d’un grand évènement. Souvent moins cher et plus court que le main event.

Side Pot : pot constitué à part du pot principal quand un ou des joueurs sont à tapis dans un coup en cours et qu’au moins deux joueurs encore en lice ont encore la possibilité de miser.

Slow-Play : Jouer une main forte sans montrer la force de celle-ci.

Small Blind, SB, petite blind, blind : mise forcée avant la distribution des deux cartes privatives payée par le joueur situé juste après le donneur.

Souris (profil selon Phil Hellmut) : Joue peu et mise petit.

Sur-relancer : Mettre encore plus d’argent dans un tour de mise que celui qui a relancé avant vous.

Table Finale (TF) : En tournoi, la table finale est constituée des 10 derniers joueurs en table à 10, des 6 derniers joueurs en table à 6, etc...

Tell, read : Indice visuel ou de bet pattern qui vous donne une indication sur le jeu de votre adversaire.

THL : Texas Hold’hem Limit.

THNL : Texas Hold’hem No Limit.

THPL : Texas Hold’hem Pot Limit.

Tirage par les deux bouts : possibilité de faire une quinte en touchant une carte qui viendra s’insérer à une des extrémités votre combinaison (K-Q avec flop J-10-2 fait quinte avec un A ou un 9).

Tirage ventral, GutShot : possibilité de faire une quinte en touchant une carte qui viendra s’insérer DANS votre combinaison (A-J avec flop K-10-2 fait quine avec une Q).

Tilt, Tilter, être on Tilt, être cagoulé : se dit d’un joueur qui est agacé, énervé ou écœuré et qui joue sans réfléchir.

Top Paire Top Kicker (TPTK) : situation dans laquelle vous avez la plus haute carte du board en main pour constituer une paire et le meilleur kicker possible. Exemple : Flop A-Q-7 et votre main est A-K.

Turn : La carte numéro 4 commune qui suit le tour de mise sur le flop.

Under the Gun : Position du joueur situé juste après le donneur.

Value Bet : Mise modérée qui a pour objectif d’être payée pour faire grossir le pot.

Repost 0
Published by Serial Dealer - dans Technique
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 16:57
galets1.jpg

Nouveau volet sur les cotes, le calcul des cotes en cartes et des cotes financières.

 

Commençons par la cote en carte. En fait, quand vous avez déterminez votre pourcentage de chance de toucher vos cartes, il est assez simple d’en déduire voitre cote en carte puisque que c’est quune façon différente d’exprimer ce même pourcentage.

Exemple : Vous avez 10s-9s en main et le Board est 10h-8c-7d-2s, vous avez 8 Outs pour la quinte et deux Outs pour le brelan Soit 10 Outs. Après le Turn, Il reste 46 cartes inconnues et donc votre probabilité de toucher un de vos 10 Outs est de 10/46 soit 21,7%, proche de 1/5 (ou 2 sur 9 si vous souhaitez une vue optimiste). Ce qui signifie statistiquement que sur 5 tirages, 4 seront contre vous et 1 sera en votre faveur. Votre cote en carte est donc de 4 contre 1.

Prenons les cas les plus classiques après le Turn en exemple :

Tirage paire max (6 Outs) : 13% : 7 contre 1

Tirage quinte bilatéral (8 Outs) : 17% : 5 contre 1

Tirage Quinte + Flush (15 Outs) : 32% : 2 contre 1

Tirage quinte + Flush + 2 over cards (21 Outs) : 45% : 1 contre 1 (ou 9 contre 11 pour être exact)

 

Passons maintenant aux cotes financières, ou cotes du pot. Cette cote exprime le ratio entre ce que vous devez payez pour suivre par rapport à ce qui est déjà dans le pot.

Par exemple, pre flop, le pot a atteint 1000 et il y a deux joueurs en jeu.

Cas 1 : Votre adversaire ouvre au flop à 1000, vous devez donc mettre 1000 pour suivre dans un pot qui contient déjà 2000. Votre cote financière est à 2 contre 1 car pour gagner 2000 vous devez mettre 1000.

Cas 2 : Votre adversaire ouvre au flop à 500, vous devez donc mettre 500 pour suivre dans un pot qui contient déjà 1500. Votre cote financière est à 3 contre 1 car pour gagner 1500 vous devez mettre 500.

Cette cote financière est essentiellement intéressante à prendre en compte quand on est à tirage ou si vous pensez votre adversaire à tirage. Si au flop votre main est déjà formée (brelan par exemple), cette cote financière peut vous servir à éviter de laisser tirer votre adversaire en cassant sa cote, rendant le coup financièrement non rentable.

Concrètement, comment ça marche :

Vous avez 5s-5h en main, il ne reste qu’un adversaire qui parle avant vous. Au cut-off, vous avez relancé au double de la BB et le joueur en position de BB a suivi. Le pot contient donc 4,5BB.

Le flop est 5c-6c-7s. Tirage quinte et tirage couleur sont possible et il peut être dangereux de laisser le coup aller plus loin surtout si les actions preflop, vous laisse penser que ces tirages sont probables chez votre adversaire.

Au flop, votre adversaire check et pour casser la cote des deux tirages, vous misez 5BB. Hormis si votre adversaire vous soupçonne de tenter un vol du pot, il ne peut certainement pas suivre ici. Pourquoi ?

Option 1 : Il est à tirage couleur, il a 19% de chance de toucher une des cartes qu’il espère au turn. Pour voir ce turn, il doit ajouter 5BB dans un pot qui en contient déjà 9,5. La cote financière est ici de 2 contre 1 alors que sa cote en cartes est de 5 contre 1. Payer cette ouverture de 5BB sera donc une option perdante sur le long terme.

Option 2 : Tirage quinte, Cette option donnant moins d’Outs que la précédente, la cote est cassée ici également.

Option 3 : Votre adversaire a Ac-8c en main, il a donc 21 Outs (quinte, couleur et 2 overs cards qui même si elles ne servent pas réellement, sont à prendre en compte puisque le joueur peut éventuellement les considérer comme valide et l’inciter à payer). Sa cote en cartes est ici de 45% (9 contre 11) pour une cote financière de 9,5 contre 5. La cote est bonne et il est possible de payer. Si dans ce cas de figure, on ne considère pas les overs cards et qu’on ne prend en compte que les deux tirages quinte et couleur soit 15 Outs, la cote en carte devient 32%. Le call est alors encore possible mais on est à la limite de la rentabilité.

IMPORTANT : Dasn le calcul des cotes financières ont ne prend en compte que les probabilités de tirage sur la prochaine carte (Turn seulement ou River). En effet, la somme à payer ne vous offre qu’une seule carte et il faudra donc estimer la cote au Turn et à la river.

 

Une fois encore, ces cotes sont des éléments de décision et il en existe bien d’autres que vous devez prendre en considération dans vos décisions et qui peuvent vous amener à jouer en opposition avec les probabilités et les cotes : votre tapis, votre position, la lecture que vous avez d’un joueur, le contexte du tournoi (la bulle par exemple), votre image, etc...

 

J’espère que ces conseils vous seront utiles et pour ceux qui ont tout suivi, on parlera des Cotes financières implicites la prochaine fois (prévoyez l’aspirine et le café ;O)

Pour retrouver tous les articles techniques : Sélectionnez la Catégorie TECHNIQUE

 

Repost 0
Published by Serial Dealer - dans Technique
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 21:04

Maintenant que vous savez tout ou presque sur les statistiques qui concernent vos cartes, passons à la phase deux. Qu’est ce qu’un OUT et quelles sont les chances de toucher son tirage après le flop ?

Un Out est une des cartes qui vous permet d’améliorer votre main. Il est certain que toutes ces améliorations ne garantissent pas de vous donner la main gagnante. Il est donc important avant de déterminer s’il est intéressant d’aller tirer la prochaine carte ou non, d’identifier quels sont les Outs qui sont susceptibles de vous donner la victoire et de ne prendre en compte que ceux là et non pas l’ensemble de vos Outs.

Un petit exemple pour clarifier le tout :

Vous avez J-2 en main et le flop est : K-Q-10

Les Outs correspondants à votre tirage quinte sont certainement à prendre en considération alors que les J et les 2, qui amélioreraient votre jeu en vous donnant une paire, ne sont probablement pas suffisants pour vous apporter la victoire. Vous ne prendrez donc en compte que les 8 cartes (4 As et 4 neuf) pour déterminer la cote. Mais je parlerais des cotes dans le prochain article.

En fonction de votre jeu, vous devez donc identifier vos Outs. Mais il y a certaines configurations qui sont tellement classiques que vous pouvez apprendre par cœur les éléments qui les concernent.

Sachez que votre nombre maximum d’Outs est de 21. Ce tirage correspond à un tirage quinte, combiné à un tirage flush et avec deux overcards qui peuvent à elles seules vous apporter la victoire.

21 Outs :

Vous avez Ks-Qs et le flop est Js-10s-2h.

Vos Outs : As, Ah, Ac, Ad, Kh, Kc, Kd, Qh, Qc, Qd, 9s, 9h, 9c, 9d, 8s, 7s, 6s, 5s, 4s, 3s, 2s.

18 Outs : Tirage quinte + Flush + 1 overcard

15 Outs : Tirage quinte  + Flush

12 Outs : Tirage Flush + 1 Overcard

Vous avez Ks-6s et le flop est Qh-3s-7s

Vos Outs : As, Kh, Kc, Kd, Qs, Js, 10s, 9s, 8s, 5s, 4s, 2s.

9 Outs : Tirage Flush

8 Outs : Tirage Quinte des deux bouts

Vous avez 3s-2h et le flop est 4h-5d-10s

Vos Outs : As, Ah, Ac, Ad, 6s, 6h, 6c, 6d.

6 Outs : Tirage paire max

Vous avez Ks-Qh et le flop est 2h-8s-10d

Vos Outs : Kh, Kc, Kd, Qs, Qc, Qd,

4 Outs : Tirage full

Vous avez 3s-2h et le flop est 2s-3d-4c

Vos Outs : 3h, 3c, 2d, 2c

 

Maintenant que vous avez votre nombre d’Outs, quelle est la chance de les toucher au turn + river ou à la river.

Voici les pourcentages exacts, pour ceux qui seraient intéressés de les apprendre par cœur (cf tableau).

Vous avez donc le choix entre apprendre par cœur ces quelques chiffres, en avoir une vague connaissance pour estimer « à la grosse » vos chances de toucher ou utiliser le moyen d’approximer vos chances que voici.

Une fois votre nombre d’Outs déterminés, multipliez le par 4 pour obtenir votre pourcentage de change de toucher au Turn ou River et par 2 pour obtenir votre pourcentage de change de toucher sur la river.

Ce calcul est relativement correct jusqu’à 11 Outs. L’écart devient bien plus grand quand le nombre d’Outs passe au-delà des 14. Il est donc bon de baser ses estimations de cote quand on a un nombre d’Outs supérieur à 14 sur le fait suivant : vous avez plus d’une chance sur deux de toucher un de vos Outs.

En effet, si votre tirage ou votre amélioration vous amène la main supérieure à celles de vos adversaires (cette condition est impérative mais difficile à vérifier à coup sur au moment de la décision), vous êtes devant votre adversaire même si il a une main faite supérieure à celle dont vous disposez avant le Turn.

Exemple :

Vous avez Ks-Qs et le flop est Js-10s-3h. Vous considérez avoir 18 Outs et donc 62% de chance de toucher la main gagnante. Cette analyse est bonne si votre adversaire a Qh-Jh en main, mais s’il a As-8s, votre nombre d’Outs valables s’écroule littéralement...

La méthode de calcul « x4x2 » peut également être utilisée en corrigeant de quelques pourcents le chiffre obtenu si vous êtes au-delà de 15 Outs.

 

Voici les chiffres en résumé.

Outs : Nombre d’Outs pris en comptes

% T+R : (Situation : au Flop) Pourcentage de chance de toucher un des Outs au mojns au Turn ou à la River.

% R : (Situation : au Turn) Pourcentage de chance de toucher un des Outs à la River.

X4 : (Situation : au Flop) Approximation du pourcentage de chance de toucher un des Outs au mojns au Turn ou à la River.

Ecart T+ R : Ecart entre le chiffre exact et l’approximation (Situation : au Flop)

X2 : (Situation : au Turn) Approximation du pourcentage de chance de toucher un des Outs à la River.

Ecart R : Ecart entre le chiffre exact et l’approximation (Situation : au Turn)

 

Outs

% T+R

% R

X4

Ecart T+R

x2

Ecart R

21

70%

45%

84%

14%

42%

3%

20

68%

43%

80%

12%

40%

3%

19

65%

40%

76%

11%

38%

2%

18

62%

38%

72%

10%

36%

2%

17

60%

36%

68%

8%

34%

2%

16

57%

34%

64%

7%

32%

2%

15

54%

32%

60%

6%

30%

2%

14

51%

30%

56%

5%

28%

2%

13

48%

28%

52%

4%

26%

2%

12

45%

26%

48%

3%

24%

2%

11

42%

23%

44%

2%

22%

1%

10

38%

21%

40%

2%

20%

1%

9

35%

19%

36%

1%

18%

1%

8

32%

17%

32%

0%

16%

1%

7

28%

15%

28%

0%

14%

1%

6

24%

13%

24%

0%

12%

1%

5

20%

11%

20%

0%

10%

1%

4

17%

9%

16%

-1%

8%

1%

3

13%

6%

12%

-1%

6%

0%

2

8%

4%

8%

0%

4%

0%

1

4%

2%

4%

0%

2%

0%

 

Repost 0
Published by Serial Dealer - dans Technique
commenter cet article
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 20:54

Après avoir bouclé le premier post, je me suis replongé dans les quelques bouquins de poker que j’ai déjà parcourus à maintes reprises et il m’a semblé utile de compléter un peu cette première phase consacrées aux probabilités dites endogènes. On les nomme comme ça car elles ne tiennent pas du tout compte des cartes des autres et des éléments extérieurs.

Voici quelques compléments qui m’ont semblés utiles à connaitre.

 

Revenons sur le classement des mains de départ. Si la paire d’AS règne en maitresse sur ce classement il y a quelques mains dont le classement et la probabilité de gagner est assez intéressante voire surprenante.

Prenez le cas de la paire de valets en table pleine ; bien qu’étant une main faite, elle a un pourcentage de victoire inférieur à A-K assortis et tout juste devant A-Q assortis. En revanche, en H-U elle est largement mieux placé que A-K assorti qui ne se place qu’en huitième position derrière la paire de 8 servie.

La paire de 2 est souvent une main qu’on considère assez forte, n’arrive qu’en 52ème position dans le classement avec 11,9% de chance de victoire brute.

Il est également intéressant de constater que la plus mauvaise main de départ en H-U, 3-2 dépareillés, dispose tout de même de plus de 32% de chance de victoire (toujours en faisant abstraction de la main adverse).

Pour ceux que ça intéresse, j’ai mis en ligne ce classement dans une des pages du blog.

 

Mais abandonnons le contexte pre-flop pour passer à la suite. Il existe, si on tient compte des couleurs des cartes, 22100 flop différents (à 1 ou 2 près). Soit 455 types de flop si on ne tient pas compte des couleurs.

40% des flop sont tricolores, 55% sont bicolores et 5% sont monocolores.

 

Il y a 23% de chance qu’un As tombe au flop (si vous n’en avez pas dans votre main). Ce qui signifie que dans 23% des cas, votre paire de K servie sera malmenée.

Il y a 42% de chance qu’un K ou un AS tombe au flop. Ce qui signifie que dans 42% des cas, votre paire de Q servie sera malmenée.

Il y a 58% de chance qu’une Q ou un  K ou un AS tombe au flop. Ce qui signifie que dans 58% des cas, votre paire de J servie sera malmenée !?! C’est certainement cette statistique qui fait dire que la paire de J est la plus dangereuse à jouer. Elle est en effet difficile à jeter mais relativement fragile sur le flop.

 

Allons maintenant au bout du tirage. Les cas sont tellement nombreux que je n’en retiendrais que 3.

 

Pourcentage de chance pour une paire servie de finir Brelan, Full ou carré : 19,2%

Pourcentage de chance pour deux cartes assorties de finir Couleur : 6,4%

Pourcentage de chance pour deux cartes consécutives assorties de finir Quinte, couleur ou quinte Flush : 15%

 

Pour finir je voudrais rappeler que ces chiffres sont valables sans tenir compte des cartes des adversaires, c'est-à-dire avant même que quelqu’un ait parlé à la table. En effet, la sélection des mains vient un peu fausser tout ces classements car on peut penser qu’une relance signifie une main au dessus de la moyenne. Dans le prochain post, c’est promis, je vous parle des Outs et des Odds (les cotes ;o)

Repost 0
Published by Serial Dealer - dans Technique
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 22:31
Il y a quelques jours, je lançais un appel aux rédacteurs. Pour le moment, je n’ai reçu qu’un retour qui ne contenait qu’une ligne mais surtout une très bonne idée. Voici donc le premier post d'une série (Special dédicace à Peter-John ;o). J’espère que servira à d’autres...

On parle souvent autour des tables de poker de cotes, de probabilité et de statistiques et tout joueur de poker se doit d’avoir un minimum de connaissance de ces sujets et de leur application au poker s’il souhaite progresser. Je vais donc tenter de vous donner quelques clefs pour aborder sereinement ces aspects, rébarbatifs pour certains mais nécessaires.
Je tiens à dire avant d’entamer plus avant cette série de post, que ces domaines sont des éléments de décision mais ne donnent qu’une partie des réponses. En effet, si vous suivez strictement ces règles, le bluff est impossible par nature. Donc, les chiffres ne sont pas tout.

 

Ce premier post sera consacré aux statistiques.

Commençons par le début, pour ce qui concerne les statistiques, seul comptent les cartes qui sont dans votre main. Celle qui sont dans les mains adverses, ne peuvent être prises en compte car, elles vous sont tout aussi inconnues que celle qui sont encore sagement blotties dans le paquet.

Si on fait fi des couleurs des cartes il existe 169 combinaisons possibles qui vont de A-A à 7-2, si on considère une table pleine à 10 joueurs.


Pre-FLOP, voici quelques infos sur les mains de départ.

Vous avez 0,45% de chance de toucher une paire d’AS servie

Vous avez 5,9% de chance de toucher une paire servie.

Vous avez 23,5% de chance de toucher des cartes assorties.

 

AU Flop, voici quelques probabilités concernant les améliorations possibles au flop.

Paire servie qui fait Carré au Flop : 0,25% (soit 0,1125% de chance que ça vous arrive :o)

Paire qui se transforme en brelan au flop : 12%

Deux cartes assorties qui font couleur au flop : 0,85%

Deux cartes assorties qui font Tirage couleur au flop : 10,9%

Une paire splittée au flop : 26,9%

Deux paires splittées au flop : 2%

Quinte au flop : 1%

Tirage des deux bouts à quinte au flop : 8,9%

 

Les mêmes mains de départ peuvent être considérées très différemment par chaque joueur. Cette évaluation dépend de bon nombre de paramètres mais si on ne prend en considération que les cartes et leur potentiel de victoire brut voici ce que donne le classement brut de quelques mains en table pleine.

A-A : 1/169

7-2 : 169/169

Q-9 : 85/169 (la computer hand car elle est pile au milieu du classement)

Bon à savoir : en table pleine, une paire d’AS face à 9 adversaire à 31% de chance de l’emporter. Toutes les mains qui sont en dessous de 9-9 (qui n’est qu’en position 17/169 avec 15,3%) ont moins de la moitié de cette chance de l’emporter...

Quel changement entre un table de 10 et une table de 2 ? Voici la différence : la main qui moitié de chance de battre une paire d’AS (qui dispose de 85,2%), est 9-5o avec 42,7% !!! Etonnant non. Voilà qui explique (partiellement) pourquoi le jeu est plus large en H-U.

Si on considère uniquement les chiffres, une paire d'AS touchée en table pleine, passe de 31% de chance de l'emporter contre 9 joueurs, à plus de 85% si elle n'est confronté qu'à un seul joueur. Voilà qui explique pourquoi, slowplayer les AS, n'est pas toujours une bonne idée ;o)
A Noter également que la pire main en H-U n’est pas 7-2, mais 3-2.

 

Dans le prochain post, je vous parlerai des Outs et du calcul de vos chances de les toucher (ce qui ne signifie pas toujours gagner le coup ;o)

Repost 0
Published by Serial Dealer - dans Technique
commenter cet article
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 12:32

Je cherchai quel pourrait-être le sujet de ce premier article et le thème m'a semblé être une évidence.
Voilà des années maintenant que cet élément des règles du poker fait débat. Beaucoup m'accuse d'y avoir recours afin d'augmenter mon tas de jetons. Pour que plus personne ne puisse s'insurger contre cette pratique standard et réglementer je vais vous livrer les secrets de ce tour de passe passe. Si au moins quelque uns arrivent à lire et à comprendre ce qui suit, je vois plusieurs avantages à ça. Un, plusieurs joueurs pourront veiller à ce que le chip race se fasse dans les règles et on ne devrait plus subir les railleries des ignorants. Deux, chaque table devrait pouvoir disposer de joueurs capables de réaliser un Chip Race sans avoir recours à mes services. Trois, je participe à l'augmentation de votre culture Poker et rien que ça, ça m'emplie de joie ;o)

Le Chip Race permet d’éliminer les jetons de valeur inférieure qui ne sont plus nécessaires.

Exemple : Le Blind passe à 25 et vous souhaitez éliminer les jetons de valeur 5.

Etape 1 : Echange

Tous les joueurs échange leur jetons de 5 pour recevoir des jetons de 25 par exemple.

Exemple : A a 6 jetons de 5, B a 8 jetons de 5 et C a 12 jetons de 5 et D a 10 Jetons de 5. A reçoit 1 jetons de 25, B reçoit 1 jetons de 25, C Reçoit 2 jetons de 25 et D reçoit 2 jetons de 25.

Etape 2 : Distribution des cartes

Chaque joueur à qui il reste des jetons de 5 reçoit autant de cartes que de jetons de 5 qui lui restent.

La distribution des cartes se fait dans le sens normal, et démarre au joueur situé après le donneur. La totalité des cartes des cartes d’un joueur lui est donnée en une fois avant de passer au joueur suivant.

Exemple : A reçoit 1 carte (As pique), B reçoit 3 Cartes (7 de carreau, Dame de trèfle et 3 de cœur), C reçoit 2 cartes (Valet de pique, 7 de trèfle) et D ne reçoit pas de cartes.

Etape 3 : Remembrement

Les jetons restant sont regroupés en un seul pot et échangés contre des jetons de la valeur d’échange. S’il reste des jetons, il faut que leur valeur soit au moins équivalente à la moitié de la valeur d’échange pour pouvoir être échangés. Si la valeur des jetons restant n’est pas suffisante, ces jetons retournent à la banque.

Exemple : Il reste 6 jetons è 1 jeton de 25 en jeu et 1 jeton de 5 éliminé du circuit.

Etape 4 : Distribution des jetons

Le joueur ayant la carte la plus haute reçoit le premier jeton puis ainsi de suite. Chaque joueur ne peut recevoir qu’un jeton maximum lors du Chip Race. Un joueur ne peut être éliminé sur le Chip Race ; si un joueur n’a plus du tout de jetons dans son tapis à la fin de l’étape 2 du Chip Race, Il reçoit obligatoirement un des jetons de la valeur d’échange (cette situation prévaut sur les cartes). La couleur des cartes permet dans le Chip Race de départager les cartes de même valeur (Ordre des couleurs de la plus forte à la plus faible: Pique, Cœur, Carreau, Trèfle).

Exemple : Le joueur A reçoit le jeton de 25 et les autres n’ont rien…

Si A avait eu 1 seul jeton de 5 avant le chip Race dans son tapis, il aurait alors eu un tapis vide à la fin de l’étape 2, il aurait donc reçu le jeton de 25 quelle que soit la valeur des cartes.

Voilà, j'espère que tout celà est parfaitement limpide. si ce n'est pas le cas, poster un commentaire et je me ferai un plaisir de compléter ces explications.

Repost 0
Published by Serial Dealer - dans Technique
commenter cet article

Serial Dealer

  • : Le blog de l'ASPT
  • Le blog de l'ASPT
  • : Bienvenue sur le blog de l'AS Poker Tour.
  • Contact

Recherche